Plainte des virus pour refus humain d’hospitalité

‒ parole donnée à la défense ‒

Ne les entendez-vous donc pas ?

Un philosophe arabe bien avant Avicenne, un conteur de Bagdad antérieur aux Mille et une nuits, nous raconte une histoire. Le lecteur anonyme en tire une morale…

L’empire des hommes

Sur l’île des djinns au beau milieu de l’océan Vert, des hommes avaient fait naufrage. Longtemps, ils s’étaient prostrés au fond des cavernes pour fuir les bêtes féroces, longtemps, ils avaient gratté le sol pour glaner leur pitance. Puis, ils s’étaient redressés, puis ils étaient descendus dans les plaines, puis ils avaient dominé les bêtes féroces, assujetti le bétail, puis ils avaient asservi les djinns. Sacre du souverain tyrannique. Ils avaient chassé les bêtes féroces jusque dans les grandes solitudes, ils avaient enfermé les bestiaux derrière les clôtures de leurs enclos, au joug de leurs socles d’acier, au supplice de la roue pour extraire l’eau du sol et l’huile du grain. Ils avaient asséché les marais et vidé les étangs, fait disparaître les bestioles volantes et les oiseaux qui les chassaient. Ils avaient dallé les sols, étouffées sous le béton les bestioles rampantes. Pourtant, il en restait, il en restait pour alimenter leurs pièges et justifier leurs poisons. Si quelques rapaces survivaient, seigneurs des airs, ils descendaient sur le poing des maîtres humains mendier leur seule pitance, un fragment de viande. Les seuls chevaux à galoper encore l’étaient dans les manèges, portant sur le dos non point un combattant, mais un enfant. Les derniers lions s’abrutissaient dans une cage, et les derniers chameaux enduraient le froid vigoureux des plateaux de cinéma. Les poissons ne manquaient ni d’eau oxygénée, ni de nourriture grasse dans des bassins étroits de la pisciculture.

Même les djinns qui avaient longtemps régné sur l’île, qu’ils avaient hantée et qu’ils avaient protégée, vivaient enfermés dans des lampes d’où ils n’étaient libérés que le temps d’exécuter un vœu ou de prononcer une formule magique, pour le plus grand plaisir du public. Si parfois des enfants et des désespérés leur ouvraient la lampe sans rien en exiger, un tel altruisme était immédiatement réprimé, et des bureaucrates savants faisaient retrouver aux djinns le chemin de leur lampe, aux enfants celui de l’école, et aux désespérés celui de l’hôpital, car la science et l’optimisme sont, chez les hommes, la seule santé autorisée.

            L’emprise des hommes sur l’île n’avait de cesse, étouffant ceux qui se soumettaient et défoulant sa colère contre ceux qui se rebellaient. Quelle ne fut alors pas sa fureur quand il vit que le non-être recommençait à lui échapper : la mort depuis longtemps domptée prétendait donner sans en avoir été commandée, une mort naturelle, sans l’aide d’un pistolet, sans un polluant cancérigène, sans appuyer sur le bouton Arrêt.

Une épidémie virale touchait les riches et les puissants parmi les hommes, ceux qui, à l’issue de la signature d’un contrat juteux, d’une entente au sommet, d’un projet de coopération militaire, avaient échangé une poignée de mains et avaient été contaminés, ceux qui, dans un voyage d’agrément avaient colonisé une plage et joui de toutes ses femmes, ramenèrent le virus avec eux et le propagèrent au peuple tout entier. L’épidémie semait désormais, pire que la mort, l’imprévu dans les contrées.

Suivant