Plainte des virus pour inhospitalité humaine (2/9)

Précédent

La réunion des vains

            Dans l’ancien palais du roi des djinns qu’occupait la coalition des nations, les puissants étaient réunis, inquiets de ce microbe qui faisait trembler leur trône. Après s’être donné du coude, ils prirent place autour de la table ovale. L’empereur du Milieu de la terre émergée expliqua à tous la situation :

– Un nouveau virus a contaminé les hommes. Et pareil aux rayons du Soleil levant, depuis mon empire, il s’est répandu sur l’ensemble des terres habitées. Le virus qui nous atteint est endémique des chauves-souris de nos contrées, et par un mammifère inconnu, il a atteint l’homme et provoque éventuellement des insuffisances pulmonaires, entraînant la mort chez certains, une mort naturelle qui n’est pas sortie de nos usines, ni de nos canons. Contre ce mal bien identifié, la sécurité que nous garantissions à nos sujets n’est plus assurée. Nous gouvernants, nous avons la responsabilité de laisser vivre les hommes et de ne rien abandonner au hasard, fût-ce la mort. Nos trônes tremblent, nos systèmes défaillent, nos sociétés s’affolent. Nous devons éliminer ce virus, quoi qu’il en coûte.

Le seigneur humain venu du soleil couchant qui siégeait en tête de la table frappa du poing sur la table :

– Vous nous payerez l’envoi de cette bestiole. Mais d’abord, donnons une leçon à cette vermine. Car notre mode de vie n’est pas négociable. J’ai à ma disposition une bombe si puissante qu’elle irradiera toute la surface de la Terre. Balançons-la, ce n’est pas un petit virus qui y résistera. Donnez votre aval et nul n’entendra plus parler de cette petite bête chinoise.

Le roi Soleil, pâle comme la Lune, le modéra :

– Nous l’avons aussi, mais nous savons en outre qu’à la bombe seul le virus survivra. Ne lui donnons pas cette chance. Si nous ne pouvons pour le moment agir sur le virus, du moins nous pouvons l’empêcher de se propager. Impuissants devant le virus, rattrapons-nous sur les humains, les véritables rebelles, dont les rassemblements, les manifestations et les réjouissances répandent l’épidémie. La mort corrompt l’air ? Enfermons tous les hommes ! Chacun peut être l’assassin de son voisin, de son cousin, peut-être même de son frère ? Interdisons-leur tout contact ! Ils parlent ? Mettez-leur un masque !  Isolez-les, confinez-les !

La dame supérieure du pays d’à côté prit la parole :

– Un tel arrêt de l’économie est gravement dommageable pour notre industrie. Il lui faut compensation. Une épidémie se propage dans le pays ? Épandez les produits, le chlore la mettra à mort. La chimie vaut mieux que la vie !

Les représentants des pays invités applaudirent :

– Confinons les hommes, épandons les produits !

Mais on leur fit signe de se taire.

Les princes et les seigneurs se levèrent et, dans une union sacrée, se tinrent par les coudes et déclarèrent à l’unisson :

– Nous déclarons ouverte la guerre contre le virus, partout l’état d’urgence, que les usines tournent à plein, que les hommes s’enferment derrière leurs écrans. Le virus sera notre justification.

Les semaines passèrent, avec leurs hauts et leurs bas, mais le virus était toujours là. Les hommes restaient confinés et la Terre faisait une orgie de chimie.

Suivant