Le procès de la colonisation humaine

Le naufrage

Un navire fit naufrage sur les récifs aux abords d’une île lointaine. Les naufragés parvinrent cependant à rejoindre le rivage. Non seulement heureux d’avoir survécu, c’est à leur émerveillement qu’ils découvrirent un refuge au climat doux, un véritable paradis sur terre offert par un fleuve d’eau claire qui descendait d’un plateau et protégeait la zone clémente d’un désert plus hostile avec ses possibles prédateurs. Le relief vallonné offrait des pentes douces sur les versants exposés duquel poussaient naturellement des vignes regorgeant de raisins sucrés, des arbres fruitiers aux différentes variétés d’agrumes s’étendaient sur les autres versants, magasins auxquels il ne faudrait que cueillir, et des oliviers boisaient le sommet plus aride des collines : ils leur assureraient la conservation de leur nourriture et leur éclairage. Dans les vallons, des troupeaux paissaient, insouciants, l’herbe grasse : ils leur assureraient lait et viande. L’air sec les préserverait de toutes les maladies, et la brise soufflant sur le plateau leur apporterait la douceur en été. La vie y serait faite d’aisance et d’insouciance.

Prise de possession de la terre

Avant même d’achever le tour de l’île, prenant les devants de toute délibération, leur chef déclara :

« L’île semble inhabitée, installons-nous ».

Déclaration à laquelle son porte-parole s’empressa de donner une tournure historique :

« Nous sommes un peuple sans terre, et cette île est terre sans peuple. Elle nous appartient, et nous lui appartenons ».

Et le plus ancien d’eux d’ajouter :

« Nos livres sacrés décrivaient déjà cette terre. Quand nos ancêtres ont dû s’exiler, Dieu leur promit d’y revenir. Ce jour est arrivé. Nous n’avons pas fait naufrage, mes fils, nous avons été ramenés à notre port d’attache. Dieu soit loué ».

Et d’autres de renchérir :

« Les nations nous ont chassés de leur monde, nous créerons ici un monde qui nous est propre ». « Là-bas nous devions nous dissimuler pour pratiquer notre culte et notre langue. Ici, ils seront officiels ».

La protection des hommes par l’empire des djinns

L’île faisait alors partie de l’immense empire des djinns, dont le roi était alors souverain de la majorité des terres habitables. Aucun continent n’échappait à sa domination. Le groupe des naufragés décida alors de se rendre à sa cour pour officialiser leur possession et empêcher que tout autre prétende l’habiter. Reçus dans la salle du trône, le roi leur demanda de formuler leur requête.

« Majesté, dit l’un d’eux, nous sommes un peuple sans terre, l’île située au levant de la mer du milieu est une terre sans peuple, laisse-nous l’habiter ».

Le roi des djinns était un souverain généreux et hospitalier :

« Installez-vous et partagez-la fraternellement avec les autres êtres qui y résident. Elle n’appartient qu’à Dieu, nous en sommes les simples locataires. Vous êtes mes sujets, trouvez-y la paix ».

Les hommes se prosternèrent :

« Que sa majesté soit remerciée. Sa majesté est la représentante de Dieu sur Terre, sa parole est sacrée. Nous tâcherons d’être à la hauteur de l’honneur qui nous est fait, et d’être les respectables représentants de sa majesté sur l’île ».

Comprenant l’offre à leur manière, ils se considérèrent désormais maîtres et possesseurs de l’île. Avant de quitter la cour, ils de mandèrent une dernière faveur au roi :

« Nous avons nos frères qui souffrent dans d’autres contrées, sous le joug des barbares. Offrez-leur de s’installer dans votre empire sur l’île de leurs ancêtres. Ils vous seront à jamais reconnaissants ».

Le roi des djinns envoya alors ses navires enlever les familles humaines vivant dans les déserts et les montagnes pour leur offrir l’île promise, devancés par les naufragés qui envoyèrent des émissaires à tous les membres de leur nation de par le monde les invitant à rejoindre l’île où, de sujets d’autres nations, ils deviendraient leurs propres maîtres. Et sans même leur demander leur avis, ils les firent sujets de l’île du paradis.

La plainte des animaux auprès du roi des djinns

Sur l’île, les autres espèces animales laissèrent d’abord ces nouveaux venus se désaltérer avec eux à l’eau des sources, cueillir les fruits des arbres. Ils leur cédèrent des arbres pour s’abriter, des territoires pour chasser. Mais en retour, les animaux humains s’indignaient de leur présence : « Que faites-vous là, c’est une terre sans peuple, vous ne pouvez exister ».

Ils les chassaient alors de leurs arbres pour placer les derniers arrivants, ou brûlaient leurs demeures pour les faire fuir. Des espèces animales, certaines prirent la mer, d’autres y furent jetées. Réfugiées sur les autres îles de l’archipel, certaines parvinrent jusqu’au continent où elles allèrent se plaindre auprès du roi des djinns :

« Majesté, nous avons toujours résidé sur cette île, nos pères et nos grands-pères y sont enterrés, nos aïeux ont construit ses villes et aménagé ses campagnes, notre histoire raconte l’histoire de cette île depuis sa création. Nous n’avons jamais résidé ailleurs, et maintenant l’animal humain veut nous faire partir ».

Le roi de djinns, suspicieux, les interrogea :

« ‒ S’ils veulent vous faire partir, c’est bien qu’il y a une cause à cette hostilité. Les avez-vous mal accueillis ? refusez-vous leur présence ?

‒ Non, répondit le chien, nous leur avons offert l’hospitalité, comme à notre habitude.

‒ Avez-vous une hostilité naturelle envers les animaux humains ? Êtes-vous avec eux comme le corbeau avec le hibou, comme le feu avec l’eau ?

‒ Loin de là, ces naufragés ne sont pas les premiers de l’île. Avec ceux qui vivaient là, nous étions comme chien et chat.

‒ Mais poursuivit le singe, ils ont dû rejoindre les nouveaux arrivants et n’ont plus droit de partager nos maisons. Comment des étrangers de leur race se permettent-ils de séparer des voisins de longue date ? »

Le roi des djinns ne savait pas plus qu’eux répondre à la question. C’était aux animaux humains qu’il fallait la poser. Il ordonna à son ministre de faire le nécessaire pour les convoquer.

Convocation des animaux humains devant le roi des djinns

À leur comparution, le roi s’adressa à eux :

« ‒ Je vous avais bien ordonné de partager cette île fraternellement avec les autres êtres qui y résident. Pourquoi m’avez-vous désobéi ?

‒ Nous ne nous permettrions pas de vous désobéir. Les ordres de sa majesté sont des commandements de Dieu, et nous sommes là pour les faire exécuter. Vous êtes la présence de Dieu sur Terre, et nous sommes votre main. Il vous suffit d’ordonner, la main ne se rebelle pas à l’âme qui la commande ».

Le roi fit alors témoigner les animaux :

« ‒ Nous sommes affamés, dit le cheval, vous confisquez l’herbe des pâturages.

‒ N’est-ce pas là désobéissance ?

‒ La main, répondit l’animal humain, ne se rebelle pas à l’âme qui la commande, mais la main meurtrie est impuissante à lui obéir. Nous avons tellement souffert que nous avons le droit de confisquer quelque prairie où nous délasser enfin ».

Le chameau offrit son témoignage :

« ‒ Vous nous avez chassé dans le désert.

‒ N’est pas là d’où vous venez ? Nous vous offrons la terre de vos ancêtres ».

Le porc donna le sien :

« Vous nous interdisez l’accès à vos maisons, vous nous rejetez de vos villes ».

L’âne.

« Vous nous rejetez tout autant, pourtant vous continuez à nous imposer des charges, tout comme vous utilisez le porc pour vous débarrasser de vos ordures ».

Le roi.

« Vous avez entendu ces animaux. Qu’avez-vous à répondre ? »

L’animal humain prononça son discours :

« Nous ne sommes pas comme ces âmes qui errent sur terre. Nous sommes les descendants des premiers habitants de cette île. Nos ancêtres en avaient été chassés, nous revenons la récupérer. Elle est comme une masure abandonnée dont nous avons héritée et que nous revenons habiter. Pour la réaménager, il faut bien chasser les chauves-souris de sa toiture, nettoyer ses plafonds des toiles d’araignées, combler les trous des souris. Vous ne vouliez tout de même pas que nous restions sans abri ? Vous nous avez donné d’habiter, nous ne faisons qu’exécuter vos ordres, majesté. Nous prenons soin de votre jardin, qui regorge désormais des essences de la Terre, ne nous condamnez pas d’en avoir arraché les mauvaises herbes ».

Les oiseaux à leur tour vinrent témoigner. À commencer par le coucou :

« ‒ J’ai été accusé de voler les demeures des autres espèces. Il m’arrive en effet de placer mes œufs en place de ceux des autres. Mais du moins nous laissons les gens vivre là, simplement nous leur donnons des enfants un peu différents. Jamais nous n’avons atteint votre malignité. Vous prétendez que c’est là la demeure de vos ancêtres pour en chasser ceux qui y vivent. Mais soit vous en êtes partis de vous-mêmes, alors quel mal à vous avoir remplacé ? soit vous en fûtes chassés, alors il faut en juger les coupables. Mais vous ne pouvez en même temps le reproduire contre nous, ce serait le légitimer : comment cela put-il être un crime puisque vous le reproduisez ?

‒ Qu’avez-vous à vous plaindre ? Vous pouvez vous envoler, trouver d’autres îles, le lieu de la Terre que vous habitez vous est indifférent. Pour nous au contraire, toute la Terre n’est qu’un lieu d’exil, seule cette île nous a été promise par le roi des Djinns ».

Le Souimanga exposa doucement son témoignage :

« ‒ Pourquoi devrait-on vous croire ? N’avez-vous pas vécu de par le monde ? n’avez-vous pas survécu, que dis-je, prospéré aux quatre coins de la planète ? Ce n’est que la nostalgie ou l’esprit de conquête qui vous amènent sur notre île. En revanche, nous qui savons voler, vous ne nous trouverez jamais que sur cette île. Pourquoi ? parce que là-bas l’air est trop sec ou trop humide, ailleurs la forme des arbres ne convient pas à nos nids, ou ailleurs encore un prédateur ou un parasite ne nous laissent pas survivre. Vous, vous voulez vivre ici. Nous, nous ne pouvons vivre ailleurs.

‒ Après tout, si nous sommes là, c’est que nous avons réussi à nous imposer. En nous combattant, vos congénères ont reconnu le jugement de la force. Que le meilleur gagne ? Vous avez perdu. Telle est la dure loi de la guerre.

‒ Les combats d’égal à égal, répliqua le taureau, n’existent pas. Vivant sous l’empire des djinns, c’est sous leur protection que vous vous êtes installés. Nous qui vivons toujours en troupeaux avons été dispersés et isolés. Puis, quand nous nous sommes affrontés, c’est selon les règles du combat singulier qui vous convient si bien, à vous animal égoïste. Et dans l’arène, vous aviez des pics et une épée, nous les cornes nues. Quand l’un de vous tombait à terre et que nous allions le transpercer, des djinns se précipitaient pour le secourir et le protéger. Le combat n’était égal que tant que vous étiez sûr de l’emporter ».

Il se tourna alors vers le roi des djinns.

« Majesté, vous avez ordonné aux animaux humains de s’installer sur l’île dans le respect de ses habitants. Ils n’ont pu le faire que sous votre protection et grâce à notre obéissance. Soit vous nous abandonnez tous et ne volez au secours ni des uns ni des autres, soit vous assumez votre pouvoir et faites régner la justice ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.