Le procès de l’inhospitalité humaine

Il existait une île au climat tempéré, à la terre meuble irriguée par une eau douce et douée d’essences d’arbres multiples et d’espèces graminées propices à la culture. Un peuple y vivait prospère. L’isolement de l’île et le péril qu’avait fait courir leurs conflits sur la survie commune avaient contraint hommes et djinns à cohabiter pacifiquement. La révélation de Mahomet y avait instauré la loi et la souveraineté du roi des djinns n’était plus contestée. La paix et la prospérité régnaient si bien qu’on en oubliait qu’il n’en avait pas toujours été ainsi.

 Il n’y régnait pas d’appétit de conquête, mais une curiosité pour les biens du monde et il avait envoyé sur le continent des campagnes d’explorateurs étaient revenues avec une arche emplie de bétail et de bestiaux pour les remplacer dans leur labeur. Ils les avaient domestiqués et soumis aux dures tâches auxquelles obligeait la civilisation de l’île que la végétation foisonnante menaçait constamment de recouvrir, et les avaient attelés à la production des biens dont leur appétit dévorant requérait la consommation. Désormais, c’étaient les éléphants qui charriaient les troncs coupés dans la forêt, les bœufs qui labouraient les champs, les moutons qui tondaient l’herbe, et c’étaient même aux canaris de chanter les louanges du Seigneur.

Un jour, le bétail s’était révolté contre sa servitude et les djinns avaient aidé à trouver un compromis qui satisfaisait les deux partis. La prospérité perdurait, ce qui attirait les animaux : oiseaux poussés par le vent et la curiosité, bestiaux répondant à l’appel du troupeau autrefois enlevé par les explorateurs, prédateurs partis à leur poursuite et imaginant avec délice ce peuple de bestiaux enchaînés, ou autres espèces suivant par curiosité les hommes venus sur le continent sur les traces de leurs ancêtres explorateurs. Tous les animaux qui traversaient la mer finissaient cependant par remplir les enclos, les cages et les zoos.

Des limites de l’humaine hospitalité

Un beau jour cependant, ce fut par centaines que les animaux arrivèrent. Leur vol noircissait le ciel, leurs troupeaux formaient une vague qui recouvrait la plage, le moindre débris marin charriait avec lui bêtes et bestioles fuyant visiblement le grand continent au péril de leur vie.
Par l’entremise des animaux de ferme, les hommes purent savoir ce qu’il se passait : un immense incendie avait ravagé leur pays, certains avaient fui devant les flammes, et ceux qui avaient survécu au rideau de feu abandonnaient les terres brûlées sans pâturage. D’autres enfin avaient suivi leur instinct grégaire et tout quitté pour nager vers l’île parce que c’est ce que tous faisaient.
Sur l’île, le commerce marchait à plein et la main d’œuvre ne manquait plus dans les ateliers et sur les chantiers. Mais les hommes criaient à l’invasion et les animaux de fermes, tout en jouissant enfin du repos dans leur labeur, s’inquiétaient de la concurrence.

Bientôt pourtant, une seule voix domina :

« Certes nous sommes riches, mais nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ».

Et c’est forts de ce message que les hommes allèrent revendiquer au roi des djinns le départ des animaux :

« Majesté, nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde, les animaux doivent partir ».

Le roi demanda :

« ‒ Que vous ont-ils fait ?

‒ Ils n’ont pas droit d’être là.

‒ Mais que vous ont-ils fait ? Que vous limitiez qui a le droit d’être là ou pas dépend des lois de votre cité, moi j’applique la loi divine : les créatures de Dieu sont toutes légitimes, à condition qu’elles respectent Sa loi. Ces animaux commettent-ils des crimes ?

‒ Non.

‒ Vous ont-ils volés ?

‒ Certains.

‒ Voulez-vous alors condamner à l’ostracisme tous les voleurs, plutôt qu’à rendre les biens et payer une amende ?

‒ Non, car nous avons malheureusement des voleurs parmi nos parents.

‒ Que vous ont-ils alors fait spécifiquement ?

‒ Ce qu’ils nous ont fait ?

‒ Oui.

‒ Ils travaillent dans nos champs et dans nos cuisines pour une bouchée de pain.

‒ Les en avez-vous interdit ?

‒ Non, c’est nous qui les employons.

‒ Où est alors le crime ?

‒ Un instant ».

Les hommes se réunirent en conciliabule et restèrent ainsi tout un temps à réfléchir. Puis ils se tournèrent satisfaits vers le trône où le roi attendait.

« ‒ Depuis qu’ils sont là, nous ne sommes plus en sécurité, nous n’osons plus laisser sortir nos filles : c’est que des fauves hantent nos rues.

‒ Ils se considèrent déjà chez eux, prennent leurs habitudes, parlent leurs langues sans considération de la nôtre. Nous ne sommes plus chez nous dans notre propre pays.

‒ Nous avons nos propres bouches à nourrir, l’île a beau être fertile, elle n’est pas infinie. Et avec tout ce que mange un buffle, tout ce que dévore un lion, tout ce qu’engloutit un éléphant, bientôt l’île ne sera plus qu’un rocher nu balayé par les vents ».

Ils en vinrent aux propositions :

‒ S’ils ne veulent pas retourner dans leur pays…

‒ Nous avons non loin d’ici un rocher…

‒ Une île.

‒ Oui, une île ! Une île dans laquelle nous envoyons nos chiens enragés…

‒ Et de chasse…

‒ Et de chasse et de garde…

‒ Et de compagnie…

‒ Quand ils ne sont plus bons à rien…

‒ Prendre leur retraite dès qu’ils le souhaitent.

‒ Une île à chiens, mais ceux-ci seront prêts à la partager ».

Le roi se tourna vers ses conseillers et les sages parmi les djinns et demanda :

« ‒ Que devons-nous faire ?

‒ Nous ne pouvons pas fâcher les hommes, ils sont nos sujets, nous sommes leurs gouvernants, et le gouvernement doit s’exercer pour le bien des sujets.

‒ Et n’oublions pas qu’un conflit est vite arrivé.

‒ L’harmonie fut si difficile à trouver, nous devons refuser tout ce qui peut rompre l’équilibre et ramener la guerre.

‒ Mais les animaux sont ici, nous leur devons l’hospitalité.

‒ Nous ne pouvons tout de même pas tous les jeter à la mer.

‒ Souvenez-vous au temps de la guerre, c’est nous qui fuyions l’île.

‒ La force a pour raison de protéger les faibles des atteintes du sort. Tel est bien le cas des animaux. Nous leur devons protection.

‒ Justice peut être sue, il faut encore qu’on la veuille. Comment raisonner l’homme ? Comment les gémissements d’êtres qui ne parlent pas peuvent-ils le convaincre ?

‒ Mais faut-il parler pour sentir ? Faut-il raisonner pour être intelligent ? Les hommes qui ne voient que des esprits doués de corps en viendraient à douter de notre existence, à nous les djinns, si le Coran n’était pas là pour la rappeler. De même, ils méprisent les animaux pour le simple fait qu’ils ne pratiquent pas le bavardage.

‒ Et le Coran leur laisse croire qu’ils en sont les maîtres et que ce sont leurs esclaves.

‒ La raison, la raison… Comme s’il fallait exiger de l’autre qu’il vous démontre par un syllogisme démonstratif qu’il a droit d’exister pour vous retenir de le tuer ! La moindre négligence logique nous vaudrait alors la vie, et bien peu d’enfants survivraient à l’énervement de leurs parents et de leurs maîtres. Platon lui-même…

‒ Eh bien, si l’homme a besoin que les esprits soient associés aux corps pour les voir, et que les corps soient doués d’âme pour les respecter, nous les djinns nous ferons de notre âme l’expression du corps des animaux ».

Le roi déclara alors solennellement :

« ‒ Qu’on fasse venir les animaux dans la salle d’audience, nous les observerons et nous nous ferons les traducteurs de leurs besoins ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.