Le procès de l’inemploi et du chômage

La fin du travail animal

L’homme, à l’issue du procès qui lui autorisa à user du bétail pour se libérer des tâches matérielles, acquit ainsi la disponibilité de temps qui lui permettrait de réaliser sa nature spirituelle. Maître de l’île, il traitait plus ou moins convenablement le bétail à son service ainsi que cela lui avait été imposé. Les bovins avaient droit à de grands pâturages, la volaille à leur basse-cour, les ânes n’étaient plus battus ni les chevaux fouettés. Ils mangeaient à satiété et ne mourraient plus de faim ou de leurs blessures, mais finissaient leur vie qui avait été de labeur au chaud dans l’étable. Car, leurs forces avaient servi l’homme qui, grâce à eux, prospérait. Se dédiant aux activités les plus spirituelles, ce dernier découvrit les lois cachées de la matière et acquit la maîtrise des énergies. L’imagination d’animaux mécaniques laissa entrevoir à l’homme un monde où il n’aurait plus besoin des bêtes de somme. Abandonnant sa contemplation, il passa à l’action et en vint à construire des mécanismes ingénieux, et parmi eux les machines. Ces dernières surpassèrent bientôt l’animal dans les tâches pour lesquelles, jusqu’alors, il était employé.

Les masses ensauvagées

Le temps fut alors révolu où l’homme devait partir en expédition traquer les animaux dans les coins les plus reculés du continent et jusque sur les îles isolées de l’océan pour les ramener enchaînés et les domestiquer. Il garda bien quelques chevaux pour leur noblesse, un âne pour la décoration, un chat pour la compagnie, mais même ses enfants préféraient celle de leur version virtuelle apparaissant lumineuses dans les machines aux formes originelles.

Les chiens qui gardaient jadis les clôtures erraient désormais au pied des hauts murs qui délimitaient l’empire humain et que des yeux artificiels surveillaient sans s’assoupir et où les sirènes n’aboyait pas à chaque passage de caravane.

Or, les naufragés humains avaient étendu leur empire sur les terres les plus fertiles de l’île, monopolisant les sources, fermant les champs, confisquant les richesses. Ses devoirs ne s’étendant qu’à ceux qui le servaient, et jamais aux bêtes sauvages, progressivement, une famine s’étendit chez les animaux quand bien même les fermes prospéraient.

Les buffles et les zèbres n’avaient que des herbes brûlées à ruminer et les oiseaux ne trouvaient plus de fruit sur les arbres morts. Fauves et rapaces avaient beau fouiller sous la peau de leurs proies, ils n’y trouvaient que des os. Les insectes eux-mêmes n’avaient plus à nettoyer les carcasses où aucune viande n’avait pris logis. Les bœufs et les ânes qui avaient été jadis au service de l’homme erraient désormais dans ces steppes arides. Ils avaient eu beau lui rappeler leurs anciens et loyaux services, celui-ci, sans doute amnésique, restait oreille close.

Un vieux chien qui, par la bouche de son grand-père, avait connu l’histoire du grand-père du grand-père de ce dernier et le procès qui avait jadis opposé les animaux aux hommes, se rappela l’existence du roi des djinns et proposa aux autres animaux d’envoyer une délégation à son palais. Lui-même était trop vieux et ses rhumatismes ne lui permettaient plus de voyager et surtout, de se prosterner.

Choix des délégués animaux

L’éléphant se proposa, mais on lui répondit :

« Même mourant, tu es trop gros. Jamais tu ne feras croire en notre détresse ».

Le scorpion se proposa, mais on lui objecta :

« ‒ Ton habitude est déjà de jeûner des mois entiers, qu’y a-t-il d’anormal et d’urgent dans ta situation ?

‒ Qui d’ailleurs ne serait pas inquiété à l’idée d’avoir à te rassasier ? »

L’ours se proposa. Mais quand on s’inquiéta de sa stature, il supplia :

« Je vous en prie, je ne parlerai pas, je ne dirai rien, mais laissez-moi aller me sustenter au palais. Je resterai dans les cuisines, s’il le faut ».

L’âne se proposa, mais on lui refusa également :

« Tu étais si bien loti chez l’homme, grassement nourri et employé simplement à conduire de temps à autre le maître à la ville, personne ne te plaindra ».

Le lion se proposa, mais on s’inquiéta :

« Arrivé à la cour, sauras-tu te retenir et ne pas bondir sur tout ce qui bouge ? »

Le vieux chien rassura :

« Les djinns sont des esprits sans corps, qu’il rugisse, bondisse, assaille et morde, ses crocs du haut ne rencontreront que ses crocs du bas ».

On décida alors d’envoyer le lion accompagné de l’aigle qui pouvait témoigner de la désolation sur toute la terre sauvage et qui voyait aussi du ciel l’opulence des terres cultivées, du dromadaire dont la disparition de la bosse était une preuve flagrante de la durée du jeûne, du vieux bœuf à qui l’ancien maître avait omis de retirer le joug et l’anneau, et de la fourmi dont l’ardeur au travail ne laissait plus guère d’explication à sa misère que l’adversité des circonstances.

La comparution des animaux devant le roi des djinns

Lorsque la délégation parvint au palais du roi des djinns, elle n’eut à patienter avant d’être introduite dans la salle du trône où le roi allait les recevoir que le temps de se désaltérer et de se sustenter comme cela ne leur était pas arrivé depuis longtemps.

Le roi leur demanda :

« ‒ De quoi venez-vous encore vous plaindre ? N’étions-nous pas déjà intervenus à la demande de vos aïeux pour améliorer le sort que vous réservent les fils d’Adam ?

‒ Si, majesté. C’est justement le récit de votre sagesse et la renommée de votre justice et de votre vertu qui nous ont conduits jusqu’à vous ».

Le roi des djinns se tourna vers le bœuf :

« ‒ Eh bien, l’homme ne respecte-t-il pas ses engagements ? mes troupes ne l’y obligent-elles plus que mollement ?

‒ Non, sire. Certes, l’homme a des velléités de rébellion, et son avidité l’incite à l’abus, mais vos djinns sont vigilants et ne manquent pas de sévérité à son égard. De toute ma vie passée à son service, c’est à peine si le fouet claquait au-dessus de nos têtes. Je n’ai jamais été battu, jamais manqué de foin. Tout au plus, ai-je dû refuser deux jours le travail pour avoir droit à de l’avoine.
‒ Alors, quel est l’objet de votre plainte ?

‒ Nous venons d’abord pour louer Dieu de Sa bonté et sa majesté de sa bienveillance. Grâce à Dieu, nous sommes encore en vie, et grâce à vous, sire, nous conservons quelque espoir de le rester.
‒ Seul Dieu peut accorder la vie éternelle à Ses fidèles. En tous les cas, soyez assurés de ma protection lors de votre bref passage sur Terre. Quelle est la nouvelle source de vos tracas ? »

Le bœuf reprit.

« Votre loi est juste, mais elle n’oblige l’homme que le temps de notre servitude. Quand le temps a fait maigrir mes jarrets, que l’âge a amoindri mes forces, le fermier a ouvert la porte de l’étable, m’a tiré jusqu’à la limite de ses terres et a refermé derrière moi la barrière. Il n’a pas même pris le temps de m’enlever le joug sous lequel je ploie encore, ni l’anneau signe de ma servitude passée. Mais même si l’on me les retirait, jamais je ne retrouverais mon intégrité, vu que ma virilité m’avait été enlevée à des fins productives ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.