Le procès de la dévoration humaine

Sur l’île, les hommes ne sont désormais plus des naufragés. Non seulement ils ont colonisé tout le territoire réduisant les animaux sauvages à se retrancher dans la pliure de la nuit, mais ils ont aussi développé tout un appareillage leur permettant de se passer des animaux domestiques, réduits au simple symbole de la maitrise humaine ou dressés à jouer les sauvages pour donner le change aux besoins d’encanaillement des hommes.

Le sacrifice commémoriel

Du naufrage ne reste que la peur superstitieuse de manquer, d’être un jour démunis et livrés à la mer et à la faim. Les hommes en ont développé une certaine méfiance envers les flots bleus ainsi qu’un appétit parfois indécent les conduisant à des surenchères de banquets.

À l’occasion de ces festins qui commémorent l’arrivée sur l’île, nul poisson ni produit de la mer maudite, mais un vaste holocauste carnivore, mime étonnant d’une anthropophagie à laquelle avait conduit un jour la nécessité. Ces festins annuels requièrent auparavant l’accumulation de tout le bétail et la volaille qui seront allègrement égorgés le jour de la commémoration. Cette année encore, enfermées encore dans des enclos et des poulaillers de fortune, les bêtes attendent fatalistes la lame qui scellerait leur destin.

Un sacré coup de vent

Mais la nuit précédant le sacrifice, un orage violent éclate, les vents violents arrachent les toits des poulaillers et les coulées de boue les barrières des enclos. L’appel d’air emporte aussi bétail et volailles qui se retrouvent bientôt en pleine forêt, hors de portée de l’homme. Mais celui-ci ne va pas manquer, une fois les clôtures réparées, de partir à leur recherche. Au petit matin, les animaux réunis dans une clairière tiennent conseil. Il y a là le bétail et la volaille, mais aussi le petit et grand gibier, leurs prédateurs les félins, les insectes volants et les insectes rampants et leurs prédateurs les petits oiseaux, et leurs prédateurs les rapaces. C’est qu’une menace plus grande encore règne, l’arrivée imminente du prédateur des proies et des prédateurs, l’homme, dévoreur de tout ce qui dévore et est dévoré, goûteur d’asticots, grignoteur de passereaux, chasseur de gibier, traqueur des prédateurs, efficace quand il est affamé, cruel quand il est humilié, joueur quand il est rassasié.

Par comparaison, le harcèlement des poulaillers par les fouines, les attaques de troupeau par les loups, les tournoiements menaçants des rapaces au-dessus des terriers, les vols en escadrille des hirondelles, ne sont que des parties de campagne, auxquelles les proies se prêtent volontiers.

Le vieux hibou qui a participé à une assemblée précédente conseille de s’adresser au roi des djinns et de lui demander protection contre les appétits dévorants de l’homme : « il est juste et bon, il nous accordera protection ».

Demande de protection au roi des djinns

Ils se rendent à la cour du roi des djinns qui réside non loin de là, au cœur le plus touffu de la forêt, au sommet de la canopée.

Arrivés au pied du grand chêne, ils demandent une audience et le roi des djinns leur apparait. Ce dernier d’abord étonné reste un long moment à les observer. Au bout d’un temps, ses yeux se font rêveurs et un air nostalgique se dessine sur son visage. Puis il se refait présent et son regard plus aiguisé tente de percer le mystère de cette inquiétude universelle qui s’est répandue sur la création.

Au bout d’une heure, le roi des djinns ouvre la séance.

« Je vois ici les bestioles de la terre. Que vaut votre inquiétude ? Votre nombre ne vous protège-t-il pas habituellement de toute menace ? Et vous oiseaux du ciel, votre vol vif ou lointain ne vous laisse-t-il plus insouciants ou hautains ? Et vous, gibier des bois, le refuge de la nuit ne suffit-il plus à apaiser vos craintes ? Où est passé l’air fier et supérieur des félins et des rapaces ? Et vous bétail et volaille, que faites-vous ici ? N’avais-je pas arrangé votre sort auprès des hommes ? »

Le taureau s’avance :

« Oui majesté, nous étions enchaînés, castrés, affamés, nourris au fouet, ne recevant à manger que pour ne pas mourir, destinés au labeur, vivant chaque jour les souffrances de l’agonie, mais ne mourant jamais, parce qu’il restait toujours un champ à labourer, une charrette à tirer, une roue à tourner. C’est alors que sa majesté nous a sauvés, modérant nos souffrances et donnant sens à notre travail.

Depuis, la faim s’est définitivement éloignée de nous, nous gardons notre intégrité. Nous mangeons à satiété, et quand nous sommes repus, nous devons encore manger. D’ailleurs, plus aucun travail ne nous est demandé ».

Le bison s’avance à son tour :

« Nous qui vivions à l’écart des hommes, parcourant des milliers de kilomètres à la recherche de pâturages, désormais, nous sommes mis en enclos et nourris d’herbe grasse. Pourtant nous ne savons rien faire, ni tirer la charrue ni porter des fardeaux ».

La poule prend la parole :

« Jadis, l’homme nous abandonnait négligemment dans la cour de ses fermes, nous vivions en voisins pour ainsi dire, mais chaque nuit nous vivions dans la frayeur des fouines et du renard, voletant d’un bout à l’autre fuyant la moindre ombre mouvante d’un arbre, le plus subtil bruissement de feuille. Désormais, nous vivons protégés dans de vastes hangars aux parois de fer ».

Le cochon surenchérit :

« Jadis, nous ne mangions que des ordures que l’homme nous jetait et qui nous servaient en même temps de paillasse. Notre peau rose avait disparu sous la saleté et le moindre pas nous souillait plus encore de la fange. Et l’homme qui croyait que nous aimions cela ! Désormais, il nous procure des hangars propres et y dispose des jeux pour notre divertissement ».

Le roi ne comprend pas.

« Je ne vois là aucun motif de plainte ».

La poule précise alors :

« Il nous abrite car nous ne pouvons plus battre des ailes ni même marcher. Ce n’est pas tant que nous sommes collées les unes aux autres, car même s’il y en avait eu de la place, nous ne pourrions pas nous déplacer : nous sommes tant gavés que nous croulons sous notre propre poids ; nous autrefois si véloces sur nos pattes puissantes, nous avons tant évolué que nos os ne sont plus reliés dans les articulations. Et c’est à peine s’il nous reste un souvenir de plumes ».

Le taureau ajoute :

« Oui, je suis en pleine forme, du moins je le présume. Car je ne suis jamais sorti de l’étable. Demain, j’aurai deux ans, pour la première fois j’en sortirai pour ne jamais revenir. Plus un veau ne dépasse deux années ».

Le cochon renchérit.

« Certes, nous dépassons parfois 150 kgs, car si nous n’engraissons pas, nous sommes classés cochons de lait et disparaissons ».

Le bison explique :

« C’est que nous ne sommes plus qu’une quantité de viande ».

La poule :

« Nos ancêtres avaient trop d’os et pas assez de chair ».

Le veau de deux ans :

« L’herbe ne profite pas assez, et c’est trop long à digérer. On nous nourrit alors de restes animaliers. Nous qui sommes végétariens depuis la nuit des temps, l’homme a fait de nous des cannibales, nous nous nourrissons de nos frères ».

Le cheval s’immisce dans la conversation :

« J’étais noble et recherché, désormais ces qualités me gênent. Pour vendre ma viande, on la fait passer pour du bœuf, sauf votre respect cher collègue bovin, mais nous voilà démunis de toutes nos qualités : il ne faut pas à un morceau de viande d’autres vertus que protéiniques ».

Tous lancent leur plainte comme une rumeur :

« L’homme raffole de notre chair, non seulement il nous tue pour manger, mais il veut que nous ne soyons plus que chair. Nous sommes des animaux, pas des quartiers de viande ».

Le roi des djinns demande.

« ‒ J’ai bien compris votre motif de plainte. Mais quelle est votre revendication ? »

‒ Nous n’avons aucune revendication, nous ne demandons à sa majesté que sa miséricorde, alors daignerait-elle peut-être nous rendre à notre nature en interdisant à l’homme de nous prendre comme nourriture.

‒ Comment ? Mais c’est l’ordre normal des choses que vous voulez remettre en cause !

‒ L’ordre du royaume d’un prince juste comme l’est celui de sa majesté n’a jamais été de tuer pour le plaisir de la bouche, tuer par loisir de manger chair plutôt que fibre. Faudrait-il que l’on meure simplement parce que l’homme s’ennuie de ce qu’il mange ? Notre meurtre n’est-il qu’un divertissement dans le menu de l’homme ? La règle est de ne pas tuer, le meurtre ne peut être qu’une exception, pour sa légitime défense, pour protéger sa patrie, pour survivre.

‒ Cela est vrai. La loi est de ne pas tuer ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.