Le procès animal de la domination humaine – résumé d’une fable des Frères en Pureté (Ikhwān al-ṣafā)

Le Procès animal de la domination humaine auprès du roi des Djinns forme le corps de l’épître 22 des Épîtres des Frères en Pureté (Rasāʾil Ikhwān al-ṣafā). Il consiste plus précisément en la mise en accusation de l’assujettissement par l’homme des bestiaux, du bétail et autres bêtes de somme et de ferme lors d’une audience confrontant à la cour des djinns les représentants de sept nations différentes avec les délégués de sept familles animales. L’affaire judiciaire peut être divisée en cinq parties.

1er jour. Plainte des bêtes, plainte des hommes

La première partie met en place le procès. La création par Dieu de l’homme le voit rapidement chercher à assujettir toutes les créatures, ce qui provoque la fuite des animaux dans les coins les plus reculés du globe. Certains trouvent refuge sur une île gouvernée par Biyar-asp, le roi pieux des Djinns qui, ayant connu la révélation de Muḥammad, y fait régner l’harmonie. Mais celle-ci est perturbée par le naufrage d’un navire humain dont les rescapés trouvent refuge sur l’île. Rapidement, ils colonisent l’île et revendiquent leur droit sur les animaux qui, en réponse, vont se plaindre auprès de Biyar-asp. Les hommes, scandalisés par leur insoumission, se rendent aussi à la cour, bien décidés à faire valoir auprès du roi leur droit à assujettir les bêtes à leur bon vouloir. Biyar-asp exige qu’ils justifient une telle domination. D’abord, leur porte-parole avance une preuve scripturaire en s’appuyant sur le Coran où Dieu dit avoir assujetti les animaux à l’homme. Mais le mulet en corrige l’exégèse : l’assujettissement est universel et les astres obéissent aux ordres humains, l’interprétation des versets doit donc être rectifiée. L’homme se déplace alors sur le plan de la raison et fonde sa domination sur la perfection de la forme humaine en comparaison à la déficience des formes animales. Après que l’homme a démontré la sagesse de l’anatomie animale, le représentant du bétail rappelle sa nudité et insiste sur la plus grande finesse des sens animaux. L’homme n’a plus qu’un argument de fait à avancer : les hommes ont effectivement mis l’animal en esclavage et prennent soin de leurs possessions. L’argument est réduit à l’absurde, puisque les hommes s’asservissent aussi entre eux. En outre, les témoignages successifs des différents animaux de trait, du cochon et du lapin contredisent rigoureusement la douceur de leur traitement.

Délibération des djinns, délibération des hommes, délibération des animaux

Le différend ne manifestant pas de solution immédiate, chacun des trois règnes se retire pour délibérer. Les djinns sont bien ennuyés par une telle situation, car ils ne veulent ni faire preuve d’injustice envers le bétail, ni ranimer leur conflit avec les hommes. Car, il y eut en la matière un antécédent dommageable. Le récit effectue alors une analepse ramenant à la genèse de l’humanité. Avant la création d’Adam, les djinns vivaient sur toute la Terre, mais la dégradation de leurs mœurs poussa Dieu à leur en retirer le privilège, à créer Adam et à l’ériger en maître des créatures. La rébellion d’Iblīs, ici nommé ʿAzāzīl, entraîna la déchéance d’Adam du paradis puis le fratricide de Caïn. Ce précédent institua une méfiance définitive des hommes envers les djinns. La venue successive des prophètes et les conversions des djinns eurent beau apaiser progressivement les relations entre les humains faits de terre et les djinns composés de feu, celles-ci risqueraient de s’envenimer à nouveau. Les djinns se résolvent alors à procéder à un procès équitable pour régler le différend opposant les hommes aux animaux. Les hommes, quant à eux, passent en revue les étapes de la procédure judiciaire pour trouver la faille qu’ils pourraient exploiter. Quant aux bestiaux, conscients de leur faiblesse, ils comprennent que ce n’est que la complémentarité de tous les genres animaux qui leur permettra de se confronter à l’homme à armes égales. Ils envoient alors un émissaire auprès des six autres familles animales pour qu’ils dépêchent un délégué au procès.

2e jour. Présentation des familles animales

Les émissaires visitent alors chacun une des six communautés animales, leur roi et ses sujets et assistent au choix du délégué qui saura représenter le mieux la vertu propre à sa communauté.

3e jour. Premiers débats

Lors de l’ouverture des débats, les djinns puis les hommes chantent la gloire du Créateur, occasion pour les seconds de chanter leur privilège. Quant aux délégués animaux, le roi des djinns leur demande une présentation de leurs souverains respectifs. C’est alors que les débats peuvent être ouverts avec quatre premières controverses : la prétention du grec au privilège scientifique est réfutée par l’abeille, celle du bédouin au privilège culinaire est balayée par le rossignol, qui rabaisse également la prétention du juif levantin à s’enorgueillir de l’exclusivité humaine de la prophétie. La dispute entre l’irakien et le chacal au sujet de la pudeur humaine et de son régime carné clôt la première journée de débats sans que l’homme n’ait trouvé de critère valable de distinction de son espèce.

4e jour. Suite et fin des débats

Le second jour d’audience voit le perse se confronter tour à tour au perroquet sur le privilège technique de l’homme, puis au rossignol sur son privilège politique. Défait, il laisse la parole à l’indien dont la prétention à la diversité endure la réponse de la grenouille. S’avance alors l’habitant du Ḥedjaz dont l’orgueil à bénéficier des promesses du paradis est contredite par les menaces de l’enfer rappelées par le rossignol. Tour à tour, les délégués animaux ont ainsi réfuté les privilèges avancés par l’homme et manifesté soit leur caractère négatif, soit leur présence équivalente chez certains de leurs congénères. Pourtant, l’habitant du Hedjaz revient à la charge et parvient à retourner l’objection du rossignol en argument en sa faveur : paradis ou enfer, l’homme accède à la vie éternelle là où l’animal est anéanti. L’argument est décisif, la supériorité humaine est reconnue d’une seule voix par l’assemblée, l’ordre est rétabli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.