Le procès de la conscription militaire

De jeunes chiens-loups, obligés de servir janissaires pour le compte de leur tyran sanguinaire, ont fui le pays et son climat délétère. Partis chercher protection auprès d’un puissant voisin, leur bateau fait naufrage et ils échouent sur une île inconnue. Là, ils découvrent un régime dirigé par le roi des djinns qui a connu la révélation de Mahomet et fait régner la justice et la paix. Ils commencent à y mener une nouvelle existence, toute consacrée au développement de leurs facultés et au service de la communauté.

La revendication du tyran sanguinaire

Un beau jour, le tyran sanguinaire vient en visite officielle sur l’île et découvre la présence de ses sujets déserteurs. Il réclame alors auprès de son homologue djinn sa chair à canon :

‒ Ces sujets ont quitté illégalement leur pays et abandonné lâchement leur nation, ils doivent rentrer défendre leur patrie.

Le roi des djinns convoque les déserteurs animaux et leur fait part de la requête du tyran sanguinaire. Les chiens répondent :

« ‒ Nous n’avons pas fui par confort ou lâcheté, mais au péril de notre vie. Mais nous préférions la risquer pour espérer la gagner, plutôt que la perdre pour seulement tuer.

‒ Défendre les siens, c’est sauver la vie de ceux qui sont condamnés.

‒ Il nous envoie en meutes entières parcourir d’anciens champs de mines pour exploser avec les dernières, est-ce là sauver les siens ?

‒ Si c’est malheureusement le seul moyen de nettoyer le terrain, c’est là un terrible mais nécessaire sacrifice.

‒ Il ne sert qu’à permettre aux poseurs de mines nouvelles de ne pas exploser sur les anciennes. Nous sommes sous votre protection, démunis et sans défense.

Le roi des djinns, leur devant protection, mais ne voulant pas mettre en danger son royaume, demande conseil aux sages qui l’entourent, dont les réponses fusent dans un désaccord constructif :

‒ Que faire ?

‒ Tu ne peux, sir, accepter cette ingérence dans les affaires de votre pays : toute personne qui est ici est d’ici, vous lui devez protection.

‒ Mais tu ne peux refuser la requête d’un voisin aussi puissant. Vous devez à votre peuple avant qu’à ces chiens, vous risquerez-vous à faire subir une invasion à votre peuple ?

‒ Ah ! je me dois de garantir tant la paix extérieure qu’intérieure, que puis-je faire ?
‒ Majesté, tu dois tout à tes sujets et à ton île. Ce qui est extérieur est étranger et doit le rester.
‒ En même temps, le premier droit de tes sujets est le droit à la paix et la sécurité. Tu ne peux donner au tyran un prétexte pour ouvrir les hostilités.

‒ Promets de les lui renvoyer quand il t’aura livré les criminels qu’il protège.

‒ N’envenimons pas les choses, posons-nous en diplomates.

‒ Oui, proposons-lui de convaincre les déserteurs de reprendre leur service.

‒ Et sa majesté se posera en simple médiateur.

Le roi, suivant sa fonction, décide :

‒ Que cela soit.

Lettre du roi djinn au tyran humain

Le tyran sanguinaire est prévenu de l’arrangement comme il se doit. Voici la lettre que lui lit l’émissaire djinn :

« Le roi des djinns à son noble voisin et indéfectible ami.

J’ai bien reçu, cher ami et roi du pays frère, ta généreuse proposition de donner à tes sujets déserteurs l’opportunité de revenir sur leurs errances passées et l’occasion de rentrer dans leur terre natale, lieu de toute leur affection et dont l’éloignement couvrait chacun de leurs jours d’un voile de tristesse. Puisque tu leur permets en les mêlant à ta cour de rentrer la tête haute, permets-moi moi-même de ne pas perdre la face et de saisir cette occasion pour manifester à mon peuple la grandeur de leur patrie et renforcer leur attachement au pays. Demain, j’inviterai ces jeunes hommes qui sont sous ma protection à réparer leur crime passé en venant au palais t’écouter et te suivre. Ton génie pour les convaincre constituera pour tous les citoyens une ode à la patrie. Je te laisserai demain, mon cher frère, mon trône pour que tu puisses régner sur tes sujets exilés. Je te remercie chaleureusement de ta patience et de ta délicatesse à ne pas perturber l’harmonie si délicate de mon île ».

Réponse du tyran humain au roi des djinns

Le tyran sanguinaire lui répond un court message plein de la même délicatesse.

« Tout le monde n’a pas ma force de volonté, les grands hommes sont rares. Je daigne jouer à tes singeries de roitelet craintif de ses propres esclaves. Que les femelles s’amusent du spectacle ! »

L’affaire est entendue. Le roi des djinns convoque les déserteurs pour le lendemain. Lorsque ces derniers entrent dans la salle du trône et voient le rire maléfique de leur oppresseur se détacher du siège royal, ils sont pétrifiés.

« Mes chers esclaves, la récréation est terminée, je vous ordonne de quitter cette mine horrifiée. Non, je n’ai pas annexé cette île et jeté son roitelet au cachot. Du moins pas encore. Alors, souriez, réjouissez-vous de me revoir ».

Les déserteurs vont, pour les uns, se jeter sur lui, pour d’autres par les fenêtres, pour les troisièmes au sol, envahis par leurs vieux automatismes de soumission.

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.