la pièce – Procès des hommes pour crime contre l’animalité – Acte 1, scène 1

Le Procès des hommes pour crime contre l’animalité est une adaptation théâtrale de la fable tirée des Épîtres des Frères en Pureté.

ACTE 1

Scène 1. Cadre

Une île au beau milieu de l’océan vert.
Le soleil se lève.

Un jeune ange est perché sur un piton rocheux surplombant la mer et la plage. Il commente les péripéties du bas-monde à Dieu retiré dans une nuée où souffle une brise légère.

Du haut de ce piton rocheux, j’embrasse l’île du regard. L’horizon fermé par l’océan vert, le spectacle du monde m’est offert. Contemplant la création, je loue le Créateur. Moi, l’ange veillant sur Son œuvre, j’admire la perfection de sa conception et le raffinement de son exécution. Louange à Dieu, gloire au Créateur !

Appel à la prière instrumental.

Ô Seigneur Dieu Tout Puissant, toi l’un, l’unique, le miséricordieux, créateur incréé, le printemps se répand sur Ton œuvre, et l’astre solaire, de ses doux rayons, vient caresser la surface de la Terre. Il appelle à la prière. La prière vaut mieux que le sommeil ! Ici, les mammifères sortent de leur tanière, là les oiseaux de leurs œufs, partout les papillons de leurs cocons. Tiens ! de jeunes fauves sortent du ventre de leur mère. Et que font les serpents que les rayons solaires dégourdissent ? Ils sortent de leur peau d’hiver ! Ô seigneur Dieu Tout-Puissant, toutes les bêtes reviennent pour chanter tes louanges !

L’ange suit du regard la prolifération des formes de vie dans le printemps. Il s’extasie d’un papillon qui virevolte, de lionceaux qui jouent, d’un poulain qui se met sur ses pattes. Nous entendons leurs bruits nous parvenir.

Puis le Soleil monte à son zénith et la lumière s’intensifie. L’expression de l’ange change, il voit les animaux chasser et tuer. Il est horrifié.

Nul ne sait la vérité des choses, si ce n’est Dieu et ceux que leur science distingue. Mais fallait-il vraiment que le papillon bleu disparaisse si vite dans le bec du moineau gris ?

Et que vois-je ! Fallait-il à son tour que le moineau termine entre les griffes du chat ? Ne pouvais-tu pas épargner au moins le papillon ?

Mais pourquoi le chien secoue-t-il ainsi le chat ! Cela valait-il alors la peine de sacrifier l’oiseau ?

Va-t’en ! Oh non… Le lion ne pouvait-il pas se satisfaire des restes du chat ? Fallait-il qu’il s’en prenne également au chien ?

Seigneur Dieu, ta miséricorde ne s’étend-elle pas aux bêtes ? Les plus petites seront-elles toujours condamnées à être dévorées par les plus grosses ?

Un vent souffle. Une voix inaudible remplit l’espace.

Tiens ! Pourquoi le lion est-il si faible ? Il s’était pourtant bien repu d’une cuisse du chien et désaltéré à l’eau du marigot. Y aurait-il avalé un de ces vers qui y pullulent ? Celui-ci serait-il parvenu à son foie et le rongerait de l’intérieur ? Le roi des animaux est maintenant étendu inerte, les chiens qui rôdent ne tarderont pas à se repaître de sa viande, les oiseaux charognards à en arracher les nerfs, et les insectes à vider les os de leur moëlle. Mais que vois-je ? Que Dieu me protège de ce spectacle immonde ! Le ventre du lion grouille de vers plus encore que la terre.

Nulle puissance ni domination que par Dieu ! Les grosses bêtes ne sont pas prémunies contre les petites.

La lumière s’intensifie. L’ange en reste ébloui.

Quelle puissance que l’astre solaire ! Si nul ne parvient à le fixer du regard, comment pourrions-nous saisir Ton essence, Toi seigneur, qui transcendes toute chose ?

Mais fallait-il faire briller si fort le Soleil ? Les herbes sèchent sur pied, les rivières se tarissent, la terre craquèle et les animaux assoiffés errent à la recherche d’une ombre miséricordieuse. La plaine est un champ de ruines. Fallait-il, ô Seigneur, faire briller si fort le Soleil ?

Un vent souffle. Une voix inaudible remplit l’espace.

Que vois-je sur les montagnes ? Les cimes ne sont plus enfermées sous la glace et la place est laissée libre pour mille clochettes et brins d’herbe tendre. Y a-t-il de plus belles fleurs que l’iris des montagnes ? Louange à toi, Seigneur, qui donne l’opportunité au sommet enneigé de s’éveiller à la vie ! N’a-t-on jamais vu d’animal plus joyeux que la marmotte ? Dieu soit loué de ne l’avoir pas condamnée à hiberner même l’été !

Un vent fort se lève, l’ange se recroqueville pour se protéger de la tempête.

Tiens que fait ce navire à naviguer si près des récifs ? L’ouragan en a arraché le mât, il est à la dérive ! Dieu de miséricorde, calme la tempête, sauve l’équipage. Sans le vent, pas de naufrage. Certes, mais sans un vent puissant, pas de course au large. Fallait-il pourtant que les brises forment des ouragans ?

Pauvres marins livrés aux flots tumultueux. Du moins, ne mourront-ils pas à quai. Leur poitrine emplie d’eau, leurs flancs déchirés par les récifs, ils reviennent au flux originel. Et pourtant, ils luttent contre l’océan. Quel courage ! Tout cela pour finir dans le ventre d’un poisson !

Ces quelques-uns que leurs efforts et la chance ont déposés, exténués sur la rive, oh Seigneur, à quel supplice les condamnes-tu ? Aux tourments de la soif et de la faim ? À l’agonie du froid nocturne et des rayons cinglants de midi ? Au harcèlement des bêtes féroces ? Ne les as-tu épargnés que pour les faire souffrir ? Quelle épreuve pour ces âmes déchues !

Le vent s’est apaisé. Une brise légère souffle.

Les voilà qui reprennent leur souffle. Et tout de suite, ils contemplent la beauté de l’île. La tortue de mer n’en saisit que le granuleux du sable propice à la ponte, le papillon n’en sent que l’odeur de la fleur d’où il puise le nectar, la panthère n’y cherche que l’abri d’une grotte ou la hauteur d’un piton rocheux pour s’abriter, et l’aigle majestueux, bien qu’il l’englobe d’un regard, scrute l’herbe à la recherche des mulots qui s’y faufilent. Mais l’homme, l’homme ! voilà la créature qui manquait à cette l’île ! Loué sois-tu seigneur, leur naufrage est pour elle une providence : un regard vient enfin s’y poser, une conscience l’admirer, une raison l’étudier.

Mais attention, faible créature, tu n’es point armée. Et ta nudité ne va pas tarder à attirer les convoitises. Si tu recules, les requins excités par le sang de tes congénères, ne verront en toi qu’une masse de chair. Et si tu t’avances, la panthère saura qu’elle a toutes ses chances. Attention, tu es sans défense. Au-dessus de ta tête, l’aigle jauge du regard ta corpulence et les vautours attendent ton trépas. Hélas, la vie ne sera pas de tout repos pour ces âmes navigantes échouées dans le monde de la matérialité. Mon Dieu, tu ne les pas épargnées !

(Acte I. scènes 2 à 4)