La complainte des djinns contre l’exploitation forestière

Les hommes vivaient désormais dans une relative harmonie avec les animaux. Ils avaient abandonné les airs aux oiseaux de proie et autres volatiles, avaient pris l’habitude de côtoyer les bêtes féroces, et les bestioles rampantes et la vermine également avaient trouvé une place adéquate dans leurs cuisines où elles travaillaient à la transformation des laitages et au recyclage des épluchures. Nombreux étaient les hommes devenus végétariens, la consommation de viande étant généralement réservée aux gardiens et aux athlètes qui se nourrissaient alors de la chair tendre d’animaux ayant mené à terme une vie heureuse. Si certains se plaisaient à conserver l’usage du bétail pour sa compagnie, la majorité des tâches pénibles était désormais assumée par des machines qu’activait un ingénieux système de four à bois et de pistons à vapeur. Mais cette consommation nouvelle de végétaux requérait d’immenses exploitations forestières.

Les grandes forêts qui recouvraient jadis la partie septentrionale de l’île furent rapidement épuisées, bientôt suivies par les haies. Les derniers arbres centenaires qui se tenaient au centre de l’île s’apprêtaient à être coupé. La plupart des animaux des bois y ayant niché, les hommes, avant de les abattre, prirent soin de reloger écureuils et oiseaux, ne provoquant d’indignation que chez les djinns :

« Comment pouvez-vous préférer les animaux, montures des démons, aux végétaux, gardiens des lieux ? Vous affirmez protéger la vie ? Eh bien, protégez alors ces chênes ! »

Mais la revendication resta lettre morte. Un bon matin, un groupe d’hommes s’approcha pour abattre ce bois de chauffe, un premier s’avança, cracha dans ses mains et arma sa hache… mais là il s’arrêta net, pris de paralysie, la hache lui tomba des mains et il s’écroula, sans vie. Les hommes n’eurent aucun doute, c’était un coup des djinns. Ils les appelèrent et les accusèrent :

« Nous le savons, c’est vous qui avez tué notre frère ».

Les djinns ne nièrent pas :

« ‒ Il allait tuer l’arbre.

‒ Vous avez donc préféré la vie d’un arbre à celle d’un homme !

‒ Nous avons en effet préféré à cet individu irresponsable et cupide l’arbre dont la frondaison sert d’ombre aux hommes, dont les fruits nourrissent le bétail et les feuilles les bestioles du sol, dont les branches offrent des nichoirs aux oiseaux et dont les racines seules retiennent encore l’île tout entière et l’empêchent de s’écouler dans la mer à la première pluie.

‒ Il travaillait pour les siens : sans le bois de cet arbre, ses enfants vont mourir de froid.

‒ Avec le bois de cet arbre, ses petits-enfants et tous les vôtres mourront de faim et de froid.

‒ Qu’en avez-vous à faire ? cela ne vous regarde pas ».

Consultation du chacal Dimna

Pourtant, les humains, peu désireux de raviver la querelle qui les avait si longtemps opposés aux djinns, abandonnèrent momentanément leur opération, les enfants se serrèrent pour se tenir chaud, et les chefs partirent chercher du soutien chez les animaux. Le chacal errant toujours à proximité du palais, ils le convoquèrent à la salle du conseil. Quand Dimna se présenta, ils l’interrogèrent :

« Que penses-tu des végétaux ? Sont-ils de vous les animaux les égaux, de vous qui êtes, comme nous, doués de sensation et de mouvement ? Toi qui connais la biologie, apporte-nous tes lumières ».

Le chacal, trop prudent pour se prononcer seul, demanda à pouvoir consulter ses pairs sur une question aussi subtile et fondamentale qui confrontait ce qui, sous le nom commun et trompeur de biologie, formait deux grandes sciences indépendantes et sourdes l’une à l’autre, celle des animaux et celle des végétaux.

« ‒ Voyez chez vous, vous avez des jardins des plantes ici, et là des zoos, certains d’entre vous élaborent des herbiers et d’autres collectionnent les squelettes ou pratiquent la taxidermie. Mais vivants ou morts, vous maintenez plantes et animaux dans des lieux séparés. Vous qui n’avez jamais songé à les réunir, vous me demandez, à moi, de les comparer ? Permettez alors que je consulte mes pairs.

‒ Soit ».

Délibération des animaux

Les animaux tinrent alors conseil pour décider de l’attitude à tenir :

« ‒ Comment, nous, les égaux des végétaux ! s’exclama le lion. Les végétaux, est-ce là d’avantage que les proies des proies de nos proies. Cela me rappelle une hyène que j’allais dévorer et qui tenta de m’en dissuader en me rappelant qu’elle avait trouvé de l’herbe dans la panse de l’agneau et s’en était rassasiée. Je lui répondis : moi manger de l’herbe ? oui, à condition qu’elle fut d’abord digérée par une brebis digérée par une hyène, à ce moment-là me voici de la même fibre que la plante !

‒ Comment, nous mettre au niveau des végétaux ! renchérit l’aigle. Là où je vis, l’herbe ne pousse pas, je sais seulement qu’y rampe la chenille du papillon dont se nourrit l’oiseau que je chasse. Mais que d’intermédiaires avant de s’élever dans les airs jusqu’à moi ! »

Dimna prévint alors ses congénères :

« ‒ Mais si nous n’arrivons pas à montrer que nous sommes comme l’homme, il risque de nous assimiler finalement aux plantes et, à défaut de bois de chauffe, rétablir notre esclavage ».

‒ Certes, nous n’avons pas la raison comme lui, du moins avec la voix. Nous avons mis assez de temps à convaincre l’homme que c’est là l’important, pour ne pas faire échouer tous nos efforts en nous assimilant aux êtres muets, expliqua le rossignol.

‒ L’homme sait très bien qu’avoir une âme, expliqua l’âne, c’est être animé, ce qu’est par essence un animal. Or, un animal est doué de mouvement. Ce qui n’est pas doué de mouvement n’est donc pas animé. Quel rapport y a-t-il entre nous et ces êtres inanimés, ces arbres incapables de se mouvoir ?

‒ Le créateur, qui prohibe aux hommes la représentation de ce qui a une âme, ne lui interdit pas de représenter la végétation, fit remarquer la cigale.

‒ Ils n’ont pas même de sensation, renchérit la guêpe, je pique tout ce qui passe, mais qu’irai-je perdre mon venin sur une plante !

‒ Même s’ils en avaient, répliqua le cochon. Il faut considérer les conséquences avant de considérer les essences. En donnant l’égalité aux plantes, les hommes végétariens sont placés au même rang que les carnassiers. Alors, qu’est-ce qui moralement les empêchera de revenir nous dévorer ?

‒ Qu’ils continuent à exploiter les arbres et boire du lait d’amande, ajouta la vache, car ainsi ils laissent le nôtre à boire pour nos veaux.

‒ Il n’y a pas à s’inquiéter, rassura la limace, même notre vermine est plus humaine que leurs fougères auxquelles nul humain n’aurait l’idée de s’y comparer. Car les hommes ont beau être doués de raison, ils savent qu’ils sont d’abord des animaux, et qu’ils ne sont pas des végétaux. Même nous qui sommes muets, ils répugnent à nous écraser, alors qu’ils n’en ont pas même conscience lorsqu’ils foulent l’herbe.

‒ Nous pouvons compter sur notre longue intimité avec les humains, rappela le corbeau. Depuis Caïn, c’est sur nous qu’ils prennent modèle. L’artisan imite l’animalité, il laisse la végétation aux artistes ».

Plus la délibération avançait, plus le conseil des animaux était convaincu de sa position de supériorité sur les végétaux, en la faveur desquels ils ne trouvaient pas un seul argument. Ils en furent plus fanatiques encore dans leur position. Dimna fut alors envoyé avec un message clair et ferme.

Délégation du chacal auprès des humains. De l’individualité

« Ô assemblée humaine, nous admirons votre sagesse, vous félicitons pour votre prudence et vous remercions pour la confiance dont vous avez témoigné en nous consultant sur un sujet si sensible. Nous avons délibéré avec la plus grande objectivité, recueillant de tous les arguments, et garantissant la plus grande licence de parler, écoutant sans maudire les avis les plus divers. La conclusion des animaux est sans ambiguïté, le choix de l’homme de tracer la limite de la moralité à la sensibilité a été salué. Quant à son indignation d’entendre les djinns de considérer les végétaux comme des personnes, nous la partageons entièrement ».

Les hommes étaient démunis, ils ne pouvaient pas révoquer les djinns par un refus arbitraire, il leur fallait des arguments.

« ‒ Pourtant, dit le sage de la grande forêt, nous, nous attribuons bien une personnalité aux plantes et, alors que les animaux sont nos parents par alliance, nous, les fils de la forêt, sommes liés aux arbres par le sang. Avons-nous tort en cela ? »

Dimna fut d’abord pris au dépourvu, le chacal ne pouvait pas révoquer l’avis d’un homme par une objection non argumentée. Il élabora alors un raisonnement puissant :

« ‒ L’homme a tout à fait raison d’attribuer une personnalité à toute individualité, fusse-t-elle végétale. Mais une individualité n’est-ce pas le fait d’être indivisible à moins d’être anéanti, comme l’animal à qui on couperait la tête ?

Le sage de la grande forêt laissa là la parole au sage du pays des oliviers :

‒ En effet. Je n’ai jamais su distinguer les rejets de l’arbre de ses branches basses.

‒ C’est pourquoi en botanique, on ne parle pas de meurtre, mais de bouture. De la coupe d’un animal, il ne reste rien, alors que de celle d’un arbre, on en obtient deux.

‒ Je ne puis là-dessus te contredire.

‒ L’individualité, n’est-ce pas encore ce qui garde la même forme singulière, comme le visage d’un homme, le pelage d’un chat de la naissance à la mort ?

‒ Il me semble en effet.

‒ Pourtant, ce n’est pas même le cas du lierre dont la feuille caulinaire contient cinq lobes bien dessinés, alors que la feuille des branches florifères est ovale et effilée.

‒ J’ai en effet vu cela sur le houx panaché dont certaines branches peuvent soudain devenir toutes blanches, perdant leur attrait pour la lumière, ou vert foncé s’élevant alors à toute allure vers le soleil.

‒ L’individualité, n’est-ce pas encore le fait de se distinguer des autres, comme le soldat qui repousse les ennemis mais pas ses alliés, ou comme les tissus de la peau qui purulent autour de l’aiguille enfoncée mais pas de l’ongle bien ancré sous la peau ?

‒ Je ne saurai trouver de meilleur critère.

‒ Pourtant, ce n’est toujours pas le cas des arbres qui, plantés trop près, fusionnent leurs racines ou même leurs troncs. L’homme lui-même se joue de l’ingénuité végétale et n’hésite pas à greffer une branche de citronnier sur un pied de pamplemousse, une branche d’abricotier sur un pied de prunier, une branche d’amandier sur un pied de pêcher.

‒ Je connais trop bien cette pratique, moi qui n’hésite pas à ajouter à mes vieux oliviers des branches d’autres espèces.

‒ Qu’est-ce encore que l’individualité ?

‒ Rien d’autre, semble-t-il. Mais les végétaux n’ont-ils pas une âme ?

‒ Les plantes n’ont pas d’âme sensitive, ni d’âme motrice. Si elles avaient une de quelque sorte, ce serait celle du diable. Il suffit de prendre pour exemple la jacinthe d’eau. Un homme fut un jour fasciné par sa beauté, et du continent, il la ramena sur l’île. Depuis, elle a envahi tous les étangs et tous les canaux, privant les hommes de place pour nager et les poissons d’air pour respirer. L’homme a beau la couper, elle repousse de plus belle ; arrachée, elle s’enracine là où on l’a jetée ; découpée, broyée, réduite en miettes, celles-ci forment alors une multitude de boutures plus vivaces que jamais. Il n’y a que le feu de l’enfer qui en a raison.

‒ Quelle est donc ta conclusion ?

‒ Les végétaux sont tout au plus des minéraux doués de croissance, bien séparés des animaux par leur immobilité et leur insensibilité. On ne saurait plus respecter l’intégrité du rameau d’un arbre qui est le lendemain le tronc d’une jeune pousse que la pierre qui s’est détachée d’une falaise et que le roulement de la mer transformera demain en sable ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.