La complainte des djinns contre la corrida

Chaque semaine d’été, l’île est, le jour, le théâtre d’une poursuite toute particulière, celle d’un lâcher de vachettes au milieu d’une foule humaine dont les cris de s’apaisent que tard dans la nuit dans l’arène, avec l’estocade qui achève le taureau et met fin à son combat avec le torero. Un jour, les djinns exaspérés par ce spectacle durant lequel des animaux se font tuer pour le simple divertissement des hommes, demandèrent à leur roi d’interdire de telles manifestations.

L’émoi des djinns face aux souffrances animales

Leur roi convoqua les hommes.

« ‒ Nous avons entendu que vous organisiez le lent supplice d’animaux

‒ Nourrir des oies et des canards, ce n’est pas les torturer.

‒ Non, il s’agit du taureau, semble-t-il. Que lui faite-vous ?

‒ Nous le faisons combattre dans des arènes.

‒ Qu’est-ce au juste que ces corridas qui provoquent le scandale des djinns ?

‒ Ce sont des courses de taureau, une tradition culturelle héritée de nos ancêtres.

‒ Pourquoi organisez-vous de telles courses ?

‒ Car rien n’est plus noble qu’un duel, l’humanité face à la bestialité, la ruse doit l’emporter sur la brutalité. Et face à la fatalité, le taureau combattant ne peut opposer que sa bravoure ».

Or, à ce moment-là, une corrida avait justement lieu. Un djinn demanda au roi :

« Sir, entendez-vous le cri des bêtes ? »

Le roi demanda :

« ‒ Que fait-on à ces vaches pour qu’elles beuglent ainsi ?

‒ Ce ne sont pas les bovins qui crient, mais les hommes.

‒ À quelle occasion ?

‒ À la vue du sang des bêtes. On supplicie des taureaux devant un public attisé par l’odeur du sang et la vue de cette cruauté.

‒ Veux-tu dire qu’on fait combattre des taureaux entre eux ?

‒ Non, ce qui pourrait être naturel, pour la conquête des femelles. En réalité, on fait combattre le taureau avec des hommes.

‒ Les taureaux sont donc les prédateurs des hommes ?

‒ Non, il faut à l’homme inventer mille ruses et lui infliger mille sévices pour que cet imposant et impassible herbivore daigne considérer ce frêle carnivore comme son adversaire.

‒ Décris-nous ce qui se passe. Sois clair dans ton propos.

Description d’une corrida

Le djinn expliqua :

‒ En attente dans le toril, le taureau est excité par la rumeur de la foule. De là, et dans état de stress maximum, il passe par la porte des chiqueros qui se referme sur lui et l’emprisonne dans l’arène d’où il ne sortira pas vivant, les seules issues sur lesquelles il bute sont les burladeros, les chicanes derrières lesquelles le torero et les peones peuvent se réfugier. Lui n’a d’issue que la mort. Mais d’ici à la rejoindre, il devra servir de faire-valoir au torero et de divertissement à la foule. Pour cela, il faut le pousser au combat, le placer dans une situation de danger mortel. En même temps, le combat ne peut se faire d’égal à égal, car alors le torero pourrait aussi mourir. Le taureau doit donc être affaibli. Le picador réfugié sur un cheval lui enfonce sa pique dans le cou pour lui briser les muscles et qu’ainsi, comme l’animal de trait sous le poids du joug, il courbe l’échine. Déjà vidé de plusieurs litres de sang, il peut alors être approché par les bandilleros qui lui plantent trois paires de harpons dans l’échine. Ce n’est que dans cet état d’agonie que le matador peut affronter le taureau pour la faena. Mais le taureau, éreinté par la course et assommé par la douleur, ne veut pas combattre, il doit être excité par des cris, des gesticulations et l’agitation de la muleta. Il charge alors sur ce tissu qui s’agite devant ses yeux. Après environ dix minutes d’agacement, quand les dernières forces lui ont été retranchées, et que le taureau n’a plus rien à offrir en spectacle que sa mort, le torero s’avance et lui donne l’estocade, un coup d’épée sensé lui couper l’artère aorte mais atteignant rarement son but. Alors, pour mettre fin à l’asphyxie de la bête, on lui donne le descabello, coup de verdugo dans le bulbe rachidien.

‒ Cela semble en effet cruel.

‒ Le supplice ne s’arrête pourtant pas avec la mort, puisqu’on vient encore couper oreilles et queue du cadavre que le matador porte ensuite en trophée, comme ces cruels tyrans qui font accrocher la tête de leurs adversaires sur la pointe d’une lance et défilent avec leur trophée lors de la parade de leur triomphe.

Audience des hommes

Le roi se tourna vers les représentants humains.

« ‒ Vous avez entendu ce que le djinn a dit. Qu’avez-vous à répondre à cela ?

‒ Il a décrit assez bien ce grand moment de culture ».

Le djinn répliqua :

« ‒ La torture n’est pas de la culture, ce ne sont là que souffrances gratuites.

‒ Vous n’avez que la douleur à la bouche. Mais la valeur de la vie ne se réduit pas à l’absence de douleur. Cette dernière est vitale. Nous ne proposons pas de la fuir, mais de la magnifier.

‒ Chez l’animal.

‒ Oui, chez l’animal, être sentient, chez qui c’est donc le sommet de la vie morale, incommensurable avec la souffrance humaine, chez qui elle n’est rien à côté de l’angoisse, du désespoir et de la conscience morale. Cette souffrance n’est en rien assimilable au mal.

« ‒ Vous ne ressentez donc aucune pitié ?

‒ Considérez-vous l’animal si inférieur pour ne pouvoir vous y identifier que sur le mode de la compassion ? Avez-vous perdu toute capacité à ressentir pour lui de l’admiration ?

‒ Je puis admirer le taureau combattre, mais je ne puis tolérer que la mort soit utilisée à fin de divertissement.

‒ Qui vous parle de divertissement ? Les cérémonies religieuses ou les théâtres de tragédie rassemblent des foules, mais ce ne sont pas là des divertissements. Le divertissement animalier, ce sont les parcs d’attraction où l’on montre des spectacles d’otaries, de dauphins ou de singes et où l’on nous fait croire que les animaux passent leur vie à jouer. La grande culture, elle, n’aborde que les sujets sérieux, et la mort est le premier d’entre eux.

‒ La mort de l’animal divertit l’homme de la sienne.

‒ L’homme peut aussi être tué, souvenez-vous de Manolete.

‒ Moins que dans une course de voiture, souvenez-vous d’Ayrton Senna.

‒ C’est que dans la corrida, si toro et torero peuvent mourir, le taureau doit mourir, le torero ne doit pas mourir. C’est la vérité morale de la corrida.

‒ Une morale qui se moque du bien et du mal.

‒ Une morale qui ne se réduit pas à l’hypocrisie de dissimuler le mal pour mieux le commettre, comme dans les laboratoires et les abattoirs. Car, il ne faut pas oublier que dans tous les cas, que ce soit dans les cirques pour le mettre en scène, dans les abattoirs pour le nourrir ou dans les laboratoires pour le soigner, c’est toujours au profit de l’homme que l’animal est utilisé. Vous ne sauriez défendre une morale dans laquelle un enfant serait sacrifié pour sauver un animal. Alors ne nous faites pas croire à une quelconque égalité. Dans la corrida, le taureau souffre, et il souffre pour l’homme. Mais il n’est pas qu’une quantité de viande, pas même un numéro parmi tant d’autres, il a un nom. La corrida humanise la bête, elle héroïse le ruminant, elle individualise l’animal grégaire, elle reconnaît une lignée de sang et des vertus à ce qu’on ne considérait qu’à titre d’espèce.

‒ Donner une individualité, c’est avant tout préserver sa vie individuelle, considérer qu’il n’est pas qu’un vivant, mais qu’il a une vie propre, une biographie.

‒ Ne comprenez-vous pas qu’en voulant sauver la vie de quelques taureaux, vous menacez la vie de tous les taureaux ? Vous défendez le sort des bêtes souffrantes, mais vous condamnez une espèce tout entière. Car parmi les espèces menacées, il faudra à cause de vous compter bientôt les toro de lidia, et ce dès qu’on aura mis fin à la corridas. Car qui les élèvera encore ? Choisir de secourir les individus condamne l’espèce et par conséquent aussi tous les individus. Êtes-vous prêt à assumer un tel génocide ?

‒ Vous vous posez donc en moraliste ?

‒ Oui, en moraliste humaniste, mais en moraliste. Ouvrez donc les yeux, ne voyez-vous pas à la corrida ce magnifique spectacle d’une humanité qui a su se défaire de son animalité, puisqu’elle abandonne au taureau cette virilité brute pour se glisser dans l’habit serré de la culture féminisée ? Mais cette nature, il la réaffronte, il en accepte le face-à-face. Il accepte de mettre sa vie en jeu sans perdre son sang-froid et son étiquette. Bref, il préfère la culture à la vie, et gagne ainsi sa liberté. Le torero est celui qui subordonne le biologique à l’exigence éthique.

‒ Un humanisme, en effet. Mais j’aimerais entendre ce qu’en pense le principal intéressé ».

Suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.