La civilisation et ses bêtes – le jeu

Fiction interactive : civilisation-humaine-et-ses-betes.html

La recherche académique a comme lieux naturels d’expression l’article scientifique et le livre. Mais certaines de ses dimensions y sont alors omises. Le jeu, comme l’a expérimenté Cédric Parisot avec A crossing industry pour l’anthropologie politique sur Israël/Palestine, peut en constituer une des formes complémentaires.

Le problème herméneutique : entre exégèse scientifique et interprétation subjectivante

L’étude des textes anciens est confrontée au paradoxe de leur étrangeté et de leur actualité : d’une part, ils ont été écrits dans un cadre culturel radicalement différent du nôtre pour répondre à des questions qui ne se posent plus, ou du moins plus de cette façon, mais d’autre part, on ne peut les lire sans les ramener à nous, sans avoir le sentiment trompeur “qu’ils nous parlent“.

Ainsi, le « Procès animal de la domination humaine », fable-fleuve tirée des Épîtres des Frères en Pureté (Rasāʾil Iḫwān al-ṣafā), dont nous publions la traduction commentée, est la mise en scène judiciaire d’un problème de théologie islamique, al-tasḫīr, commandement divin assujettissant les créatures à l’homme. Voilà ce dont il traite. Pourtant, il n’est pas sans faire écho avec les problèmes d’éthique animale tels que les développe la philosophie contemporaine. Cela a ainsi amené Lenn Goodman à sous-titrer en 1978 sa traduction anglaise « A Tenth-century Ecological Fable », commettant un anachronisme équivalant à celui commis par Dieterici qui parlait exactement un siècle plus tôt (1878) d’un « darwinismus im zehnten jahrhundert ». Bref, chacun projette sur le texte ancien les préoccupations de sa propre époque.

Il faut donc commencer par faire abstraction de soi pour restituer dans une exégèse objectivante le sens originel du texte. La tâche de l’exégète est alors de s’aliéner à son époque pour se replonger dans le contexte de l’œuvre pour y puiser les clefs, puis de guider le lecteur vers ces lieux de l’esprit devenus pour nous étrangers.

Mais alors que faire de tous ces échos aux problématiques contemporaines qui résonnent dans l’esprit de l’exégète ? Faut-il simplement les laisser s’éteindre au loin dans l’oubli ? Ne contiennent-ils pas eux-mêmes une vérité sur le texte ? Car, s’ils ne disent rien du sens du texte – à moins de supposer des vérités intemporelles – du moins restituent-ils quelque chose de ses potentialités et surtout ils lui redonnent sa force d’intervention dans le champ d’expression d’une époque. C’est pourquoi l’exégèse scientifique doit s’accompagner de recréations du texte qui en exploite les potentialités actuelles. Ce n’est plus l’interprétation du texte, mais la vie littéraire dont il est le déclencheur.

Le jeu comme recréation appropriative

Une des façons dont nous avons recréé cette fable médiévale que constitue le « Procès animal de la domination humaine » est l’invention d’une fiction interactive, « La civilisation humaine et ses bêtes ». Initiée à l’occasion d’un atelier du GIS-Mondes Musulmans et Méditerranée proposé par Cédric Parisot à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, l’idée originale fut de proposer de mettre en accusation en suivant la même forme narrative du procès animal de la domination humaine d’autres problèmes politiques que celui de la domestication du bétail qui constitue le fait initial dans la fable des Frères en Pureté (Ikhwān al-ṣafā).

Composée grâce au logiciel twine de jeux hypertextuels, « La civilisation humaine et ses bêtes » a dû aussi s’accommoder des contraintes et potentialités d’une telle forme à la fois narrative et ludique. Le jeu qui en résulte ancre alors la confrontation homme / animal dans un mouvement plus large qui est celui du développement de la civilisation humaine, la comprenant donc entre la question de son émergence, et celle de sa mise en péril écologique.

Parviendrez-vous à faire perdurer la civilisation humaine ?

Pour jouer :

http://varia.ifporient.org/civilisation-humaine-et-ses-betes.html

À paraître :

Vaulx d’Arcy Guillaume de (trad.), Le procès animal de la domination humaine – fable-fleuve tirée des Épîtres des Frères en Pureté (Rasāʾil Ikhwān al-ṣafā), Paris, Belles Lettres, Janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.